Narnia: Des rêves réelles

Les enfant, ensemble avec un habitant de Narnia (Puddlegum), sont dans des grottes souterraines, où règne une sorcière. Comme elle l’a fait auparavant avec ses sujets, elle essaie de les rendre serviable à travers sa magie. Finalement, elle réussit à les convaincre qu’il n’y a ni soleil, ni Aslan (le Dieu de Narnia), mais la créature pessimiste de Narnia, revenu à lui grâce au feu qu’il avait éteint à la main, s’exclama:

– Un mot, madame, dit-il en s’écartant du feu pour revenir vers elle en boitant, à cause de la douleur. Un mot. Tout ce que vous avez dit est tout à fait vrai, c’est bien possible. Je suis un gars qui a toujours voulu voir les choses en pire, pour ensuite faire aussi bonne figure que possible. Alors, je ne vais rien contester de tout ce que vous avez dit. Mais, quand même, il y a une chose qu’il faut ajouter.

– Supposons que nous ayons seulement rêvé, ou inventé, toutes ces choses: arbres, herbe, soleil, lune, étoiles et même Aslan. Supposons. Alors, tout ce que je peux dire, c’est que, dans ce cas, les choses inventées ont l’air sacrément plus importantes que les vraies. Supposons que ce puits noir que vous avez pour royaume soit vraiment le monde, le seul.

– Eh bien, ce monde me paraît minable. Et c’est amusant, quand on y pense. Si vous dites vrai, nous ne sommes que des bébés en train d’inventer un jeu. Mais quatre bébés qui jouent sont capables de construire un monde imaginaire qui réduit le vôtre à presque rien. C’est pourquoi je m’en vais rester dans le monde imaginaire. Je suis dans le camp d’Aslan, même s’il n’y a pas d’Aslan à sa tête. Je vais vire en Narnien autant que je le pourrai, même s’il y a pas de Narnia du tout. Aussi, avec tous mes remerciements pour le dîner, si ces deux messieurs et la jeune dame sont prêts, nous allons quitter à l’instant votre cour et partir dans le noir pour passer nos vies à chercher le Monde-d’En-Haut. Non pas que nos vies risquent d’être bien longues, à ce qu’il me semble, mais ce ne sera pas une grosse perte si le monde est un endroit aussi sinistre que vous le prétendez.

C.S. Lewis, „Le Fauteil D’argent“, chap. „La reine du Monde-Souterrain“

Un rêve seulement? Un rêve, qui est plus réaliste, que la réalité? C’est fort possible.

Rappelons-nous les personnes qui disaient, „Je fis un rêve“, et ils suivirent ce rêve n’importe où. Nous n’en connaissons que les plus célèbres: Martin Luther King, Mère Teresa, Ghandi, Jésus-Christ, Moïse aussi. Mais leurs résultats furent tout à fait exceptionnels, à tel point que, il serait convenable d’assumer que ces rêves, même invisible, sont plus réels que ce qu’on appelle habituellement la „réalité“.

Et c’est pour cela que j’ai bien aimé ce livre, que je classerai plutôt „livre d’enfant“ que „grand classique“: il rend visible ce qui est invisible dans notre monde. Avec un peu d’imagination, vous pouvez accompagner les enfants à Narnia. Et ajoutez un peu de courage, et vous pouvez vous-même vivre une telle histoire, suivant le Rêve qui est en vous.

And if I resist this call
The consequences won’t end with me
Other hearts will stay cold

Becky Frith, „Dreamer“ (Album: redefine)

Si je résiste à cette vocation
Les conséquences ne se limiteront pas sur moi-même:
D’autres cœurs resteront refroidis.

À ce sujet:
* Wilkinson, L’Auteur des Rêves
* Randy Pausch: The Last Lecture

0 Responses to “Narnia: Des rêves réelles”



  1. Schreibe einen Kommentar

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

w

Verbinde mit %s




Zu durchwühlendes

Du möchtest eine Email bekommen, wenn ich einen neuen Text veröffentliche?

Altes: